Lettre au Pape François La fin souhaitable de la tradition consistant à consommer de la chair d’agneaux à l’occasion des fêtes pascales.

Damien Ganglof
Estela Torres
Associations françaises Loi 1901 :
C.OR.E. France (www.core-asso.org)
FSLIRA (http://animal-respect-catholique.org/)

le 8 juillet 2017

Au Pape François

Objet : La fin souhaitable de la tradition consistant à consommer de la chair d’agneaux à l’occasion des
fêtes pascales.

Pape François,

A l’occasion de la Pâques 2017, les associations C.OR.E. (www.core-asso.org) et FSLIRA (http://animalrespect-catholique.org/) ont lancé une campagne de sensibilisation des Chrétiens dans le but mettre fin à la consommation de chair d’agneau à l’occasion des fêtes pascales. En effet, cette tradition populaire non seulement ne relève pas d’une pratique instituée par l’Église, mais s’oppose frontallement au sens du message pascal, à savoir la victoire de la Vie sur la Mort, la venue du Royaume de Dieu marquée par l’Amour Trinitaire caractérisé notamment par l’absence de violence (Isaïe 11, 1-9 ; Mathieu 5, 5 ; Paul aux Colossiens 1, 15-20).

A pâques, on observe pourtant en France un doublement en quantité de la consommation de chair d’agneaux, bébés ovins mis à mort avec toute la souffrance générée par la violence du processus, cette dernière encore accentuée par la cadence que requiert l’augmentation du volume demandé. L’idée de la présente action est venue à Estela Torres (Ass. Loi 1901 FSLIRA) après la divulgation des vidéos accablantes sur le sujet par l’association L214 avant la Pâques 2016.

Nous souhaitons attirer l’attention des autorités chrétiennes et de l’ensemble des communautés dont elles ont la charge sur ce sujet. Évidemment, à travers cette action, c’est le positionnement chrétien vis-à-vis de la maltraitance animale dans son ensemble, malheureusement banalisée, que nous interpellons. La violence brutale dont ce phénomène est marqué nous semble en opposition fondamentale avec les Béatitudes et ne rien dire serait une omission vis-à-vis de notre vocation chrétienne, voire un contre-témoignage.

La pétition que nous avons lancée pour l’abolition de la tradition concernée a recueilli 11900 signatures1 durant la période d’avent tandis qu’une pétition identique a rassemblé 36500 signatures en Italie2.

1 https://www.change.org/p/conf%C3%A9rence-des-%C3%A9v%C3%AAques-de-france-mettons-fin-%C3%A0-la-consommation-de-chair-dagneau-%
C3%A0-p%C3%A2ques/u/19569068

2 https://firmiamo.it/no-macellazione-e-maltrattamento-agnelli?utm_source=comstampa&utm_medium=email&utm_campaign=AgnelliPasqua-
CSF

Les signatures de soutien collectées, ajoutées à la présente, ont pour but de vous inviter, en votre qualité de représentant religieux, à prendre une position publique ferme soutenant l’abandon de la consommation d’agneau à l’occasion de la fête de Pâques, préfiguration du Royaume de Dieu, et à appeler les communautés ecclésiales sous votre autorité à progresser dans cette direction. La fête et le plaisir devraient être dissociés de la mise à mort et de la souffrance, en particulier ce jour-là.

Vous avez exprimé clairement votre préoccupation pour un renouvellement de l’attitude et de laresponsabilité chrétienne vis-à-vis de la Création et des créatures non-humaines, dont vous soulignez dans l’encyclique « Laudato Si » qu’elles ont une valeur intrinsèque. Aussi, nous et de nombreux croyants attendons beaucoup une impulsion accrue du gouvernement de l’Église dans ce domaine. En particulier, nous considérons urgent et essentiel que l’Église, par la passivité de ses évêques ou l’implication directe de certains prêtres, ne soit plus nulle part impliquée dans des actes de violence et de cruauté envers les animaux. Nous pensons par exemple à ce qui est fait aux taureaux dans le monde hispanique lors de fêtes mélangeant signes chrétiens et profanes.

Dans l’espoir d’un engagement de votre part et au nom des associations participant à cette initiative, ainsi que de tous les croyants qui nous soutiennent, je vous prie, Pape François, de recevoir l’expression de nos plus respectueuses et fraternelles salutations.

Damien Ganglof
Estela Torres